Bienvenue chez

          Nick Laperle, PDG            

« L'architecte »

EERS, qu’est-ce que c’est ?

NL : Notre objectif initial était de prévenir la surdité causée par le bruit (PADB), la maladie professionnelle la plus répandue au monde. Elle coûte en effet des milliards de dollars et les répercussions humaines sont particulièrement tragiques quand on sait qu’elle est si facile à éviter. Au fil des années, nous avons réalisé que l’oreille est la porte d’entrée vers le corps. Cela nous a conduit à l’invention de technologies de pointe pour la protection auditive, la communication dans les environnements bruyants, le bien-être, la médecine, l’écoute enrichie, le jeu vidéo ainsi que de nombreuses autres applications. Aujourd’hui, nous sommes un des leaders des technologies de pointe pour l’amélioration et la préservation de l’expérience auditive et qualité de vie.

En tant qu’« architecte », quelle est votre vision pour l’avenir d’EERS ?

NL : Nous nous consacrons à l’innovation depuis longtemps et nous sommes désormais prêts pour les applications humaines. Notre portfolio PI croissant, notre expertise technologique et notre connaissance approfondie du secteur se regroupent pour créer des initiatives parallèles qui ont toutes une voie de commercialisation définie, et ce, par le biais d’accords de partenariat de licence et de co-développement avec les leaders mondiaux.

Le « Bâtisseur »

Michael, qu’est-ce que vous fabriquez exactement ?

MT : La fabrication s’effectue en deux phases. Tout d’abord, notre équipe utilise les méthodes scientifiques intra-auriculaires fondamentales développées avec notre groupe de recherche universitaire et les applique à des cas d’utilisation très spécifiques. Nous concevons des prototypes bêta incluant nos fonctionnalités fondamentales dans un appareil d’écoute ou de communication afin de répondre à un problème réel. Cela inclut le traitement du signal, le logiciel mobile ou embarqué, les communications, la conception électrique, mécanique et industrielle. Ces produits minimums viables inspirent nos partenaires. Par la suite, nous travaillons en collaboration étroite avec nos partenaires afin de transformer ces projets en produits de calibre international prêts à être commercialisés à l’échelle mondiale.

Comment minimisez-vous les risques lors de la création de ces produits ?

MT :  En harmonisant l’esprit de « start-up » et la discipline liée à l’expérience « scale-up », nous appliquons de manière rigoureuse notre connaissance de l’ingénierie, de la production, de la gestion de licences, du transfert de technologie et des contentieux en matière de brevets, et ce, afin de gérer les multiples risques liés à la commercialisation de nouveaux produits et services. Nous pouvons aider de grandes organisations à évoluer avec agilité.

Prof. Jérémie Voix, titulaire de la Chaire de recherche  

Comment envisagez-vous l’avenir des technologies intra-auriculaires ? 

JV : L’oreille est la porte d’entrée vers le corps. Non seulement pouvons-nous maintenant protéger l’audition et améliorer la communication dans les environnements bruyants, mais également possible de détecter et suivre toutes sortes de biosignaux depuis l’oreille, voire même de capter les signaux électriques de surface (électrophysiologie) et les ondes cérébrales (électroencéphalographie). Nous sommes spécialisés dans l’oreille : depuis la mécanique du conduit auditif jusque la perception de la parole humaine (intelligibilité), en passant par la mesure de l’attention ou de la charge cognitive.

Quelle est la position unique de EERS pour le développement de ces idées novatrices sur lesquelles vous travaillez ?

JV : Montréal est un pôle d’attraction de calibre mondial autour des technologies audio et des neurosciences. EERS attire en permanence des chercheurs et ingénieurs de haut calibre intéressés par de la recherche appliquée et le développement de technologies à fort potentiels. Avec la relation solide et durable que nous entretenons avec ÉTS et d’autres universités, nous travaillons à l’évolution de notre Chaire de recherche pour pousser nos travaux de pointe en audio, sur l’interface cerveau-ordinateur, ainsi que pour puiser dans la neuroscience et concevoir une toute nouvelle ère d’applications humaines.

Le « scientifique »

   Charles Garneau, chef de l’exploitation, EERS 2Live   

Le « producteur »

Charles, que produisez-vous ?

CG : Nous élaborons une panoplie d’outils permettant à nos partenaires de s’adapter à des volumes de production élevés. À partir des prototypes d’ingénierie construits par l’équipe de Michael, nous produisons un design final stable, reproductible, opérationnel et prêt à la production de masse. Nous travaillons avec nos partenaires de commercialisation pour introduire notre PI dans leurs écosystèmes de fabrication et de distribution en créant un « package » complet de documentation de conception. 

Comment se passe la mise à l’échelle de ces innovations ?

CG : J’aime l’analogie de la roue. La mise à l’échelle (« scalability ») est la différence entre faire faire un tour à la roue et la faire tourner à 10 000 tours par minute sans vibration ni friction. Nous solutionnons dans les moindres détails les défis techniques de production.

De nombreux facteurs sont nécessaires à une distribution à hauts volumes. L’optimisation des coûts des composantes, les contraintes environnementales, le cycle de vie du produit, les méthodes d’expédition, les exigences réglementaires et de sécurité sont parmi les nombreux paramètres qui figurent dans l’équation de fabrication et de distribution internationale. 

Un accès direct au corps

Le canal intra-auriculaire permet un accès direct au corps pour détecter et surveiller toutes sortes de données biométriques, de signaux cérébraux et électriques.


Les données biométriques comprennent la pression sanguine, le rythme cardiaque, l'oxygénation et la fréquence respiratoire, entre autres, au moyen de capteurs additionnels. De nos jours, la technologie permet de mesurer la santé et le bien-être émotionnel ainsi que d’adapter la qualité sonore des aides auditives en fonction des variations du niveau de bruit ambiant. Nous pouvons même détecter et filtrer les sons qui se produisent à l'intérieur de la tête : la voix, le clignement des yeux, la respiration, la toux ou la déglutition. Grâce à nos algorithmes exclusifs, nous pouvons filtrer les sons indésirables, permettant de communiquer dans le bruit ou d’utiliser des commandes non verbales (telles que le déclenchement d'une réponse au téléphone avec un claquement de la langue ou interagir en "mode chuchotement" avec votre assistant virtuel d'I.A. dans un aéroport bruyant, par exemple).

La technologie intra-auriculaire a déjà un taux d’utilisation élevé - nous portons des oreillettes quotidiennement, elles sont non intrusives et adoptées dans le monde entier.


La technologie (en particulier les capteurs et les processeurs) devient de plus en plus miniaturisée, rapide et performante. Le « smartphone » que nous avons toujours à la main fournit une énorme puissance de traitement. Lorsque jumelé à nos technologies intra-auriculaires, EERS Global est mieux placée que quiconque pour produire des solutions innovantes.

Coordonnées & adresse

EERS Global

Carrefour d'innovation INGO 

355, rue Peel, bureau 710

Montréal (Québec) H3C 2G9

Questions générales

info@eers.ca

(514) 375-0378

(888) 375-0378

Relations de presse

Asset 4.png

Licences & partenariats

Votre carrière chez EERS

Nous recrutons actuellement des développeurs en systèmes embarqués, des ingénieurs électriques, des ingénieurs en traitement du signal, et des ingénieurs en acoustique, et autres.

Titulaire de la Chaire
de recherche

Pour les collaborations scientifiques, les initiatives de recherche, les invitations pour le Prof. Voix à titre de conférenciers, veuillez contacter : 

Asset 3.png

Pour découvrir notre chaire de recherche CRITIAS, cliquez ici.

EERS Global.png
  • LinkedIn - Grey Circle
  • YouTube - Grey Circle